Tiffany & Co. a continué à ressentir les répercussions de la crise de la Covid-19. Ses ventes en Chine continentale ont considérablement augmenté lors de son deuxième trimestre (clos le 31 juillet) mais les ventes aux Amériques ont continué de chuter.

En Chine continentale – le premier pays touché par la Covid-19 et le premier à en sortir –, les ventes ont progressé de 80 % par rapport à l’année dernière. En mai, elles avaient pris 90 %.

Toutefois, les ventes ont reculé de 45 % dans la région des Amériques, qui englobe les États-Unis, où la Covid-19 continue de poser de graves problèmes. La société affirme que 90 % de ses boutiques aux États-Unis sont totalement ou partiellement ouvertes. Elles ont toutefois été temporairement fermées après des manifestations nationales déclenchées par le décès de George Floyd.

D’autres marchés ont également connu des baisses, bien qu’elles n’aient pas atteint l’ampleur de celle des Amériques. Au Japon comme en Europe, les chiffres ont perdu 28 % au deuxième trimestre.

Les ventes nettes mondiales pour le trimestre ont chuté de 29 %. Les chiffres composés ont diminué de 24 %. Le résultat reste malgré tout meilleur que celui du premier trimestre, au cours duquel les ventes avaient vacillé de 45 %. La société est même parvenue à dégager un bénéfice de 32 millions de dollars pour le trimestre, un chiffre de 77 % inférieur à celui de l’année précédente, soit 136 millions de dollars. Elle a également enregistré des pertes de 33 millions de dollars au premier semestre.

L’activité de commerce électronique est désormais une part essentielle des ventes de la société. Aux États-Unis, ce segment a progressé de 122 %. Les ventes de commerce électronique dans le monde représentent aujourd’hui environ 15 % de son total des ventes.

La société prévoit que la Covid-19 continue d’entraîner des difficultés jusqu’à au moins janvier 2021, a-t-elle déclaré dans son dépôt de formulaire 10-Q annuel.

Tiffany a également été impactée par la Covid-19 dans le cadre de la vente en cours à LVMH, annoncée l’année dernière. La société n’a pas encore reçu l’autorisation réglementaire de quatre autorités nationales antitrust, probablement en raison des perturbations liées au virus.

À l’origine, la vente devait être conclue au milieu de cette année. Tiffany a depuis reporté la date de signature au 24 novembre, ce que permet l’accord. Toutefois, LVMH s’est réservé le droit de faire objection à la prorogation, a déclaré Tiffany dans un dépôt à la SEC, chose que certains ont considéré comme un signe potentiellement inquiétant.

En juin, des articles avaient annoncé que le conseil d’administration de LVMH envisageait l’accord sous un nouvel angle, « sur fond de dégradation de la situation du marché américain ».

Source JCK Online